• Lieu des réunions

    Pôle psychiatrique centre
    La Conception
    145 boulevard Baille
    13005 Marseille

  • Adresse postale

    Cité des Associations
    Boite aux lettres n° 447
    93, la Canebière
    13001 Marseille

    bipolaireprovence@gmail.com

  • Pages

  • Archives

  • Accueil
  • > Recherche : traitement bipolarité

Résultats de votre recherche

Troubles bipolaires : contrôler son poids et son alimentation améliore l’efficacité du traitement

Posté par association bipolaire provence le 9 octobre 2018

 

 

Patients psychiatriques  ne pas renoncer à les faire maigrir

 

« Les données d’un essai clinique ont montré que le poids et le régime alimentaire influencent la façon dont les patients réagissent au traitement contre les troubles bipolaires.Une découverte qui pourrait permettre d’inclure des conseils diététiques dans les traitements.

La bipolarité se caractérise par une alternance de périodes de dépression et d’excitation pathologique. Cette maladie mentale touche aujourd’hui environ 1 million de Français, selon des chiffres du bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé Publique France. »… Lire la suite

 

.

.

 

Sources : pourquoidocteur.fr

Publié dans 11 News | Commentaires fermés

Bipolarité : traitement et recherche pharmacologique

Posté par association bipolaire provence le 30 novembre 2017

 

I. Les traitements médicamenteux prescrits aux patients bipolaires visent : 

            – à assurer un traitement de fond pour réguler l’humeur,antipsychotiquelaprisedepoidsetlerisqueaccrudediabtemieuxcompris.jpg

            – à réduire les symptômes les plus aigus,

            – à prévenir la survenue de nouveaux épisodes.

Ils ne guérissent pas la maladie mais sont essentiels à la bonne santé des bipolaires.

Cette liste est non exhaustive. Elle est donnée à titre uniquement informative. Elle n’a pas pour but de conseiller une molécule plutôt qu’une autre.

Seul un médecin est habilité à prescrire le traitement approprié à son patient. Lire la suite

II. Une variation génétique fonctionnelle associée à la fois aux troubles bipolaires à début précoce et à la schizophrénie  

 

medicament3

 

 

Une équipe française (équipe de psychiatrie translationnelle de l’INSERM U955, à l’institut Mondor de recherches biomédicales de Créteil) a mis en évidence un variant génétique associé à la fois aux troubles bipolaires à début précoce et à la schizophrénie. Les résultats sont publiés dans « The Journal of Neuroscience ».Lire la suite

 

 

.

.

.

 

Sources : lequotidiendumedecin.fr

Publié dans 12 Conférences | Commentaires fermés

Lily Allen: «Je suis bipolaire»

Posté par association bipolaire provence le 28 février 2017

« Connue pour son franc-parler, Lily Allen a dévoilé une facette de sa personnalité encore méconnue du grand public. Alors qu’elle participait à un débat plutôt animé sur Twitter, le 25 février 2017, au sujet du traitement des retraités dans la société, la chanteuse a donné son avis qui n’a pas plu à un internaute. Celui-ci lui a alors demandé si elle avait des problèmes mentaux. Une pique qui a aussitôt fait bondir la star. Elle lui a répondu sans détour: «Oui, je souffre en effet de maladies mentales: bipolarité.. » Lire la suite

Sources : 20min.ch

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

En déclarant leur bipolarité, les célébrités permettent-elles de mieux faire connaître la maladie ?

Chargement ... Chargement ...

Publié dans 11 News | Pas de Commentaires »

Marie Alvery, bipolaire : « Je suis sous traitement tous les jours, à vie »

Posté par association bipolaire provence le 10 mars 2016

 

Marie Alvery, co auteure avec Hélène Gabert de « J’ai choisi la vie. Être bipolaire et s’en sortir » , et Marc Masson, psychiatre, ont évoqué la bipolarité et les remèdes pour combattre la maladie.

Sources : Europe 1

Publié dans 11 News | Pas de Commentaires »

Combiner compléments alimentaires et médicaments, un cocktail inefficace pour la bipolarité

Posté par association bipolaire provence le 30 janvier 2016

traitements.jpg

« Une étude menée à l’Université d’Oxford est arrivée à la conclusion que certains compléments alimentaires pouvaient réduire l’efficacité des médicaments, notamment ceux censés soigner des troubles psychiques. Une découverte qui pourrait en amener d’autres.

C’est un résultat quelque peu inattendu et qui va à l’encontre de nos croyances sur les vitamines et autres compléments alimentaires. Nous sommes nombreux à avoir tendance à croire que… » Lire la suite

Sources : Metronews

Publié dans 11 News | Pas de Commentaires »

Bipolarité, hyperactivité et traitements médicamenteux chez l’enfant

Posté par association bipolaire provence le 4 juillet 2015

 

 

 

 

Sources : Émission  Xenius -  Arte

Publié dans 09 Emissions TV, Radio & DVD | Pas de Commentaires »

Pourquoi la bipolarité est tellement mal traitée

Posté par association bipolaire provence le 15 avril 2014

Interview du Docteur Jean-Paul Mialet, Psychiatre. Ancien chef de clinique hôpital Sainte Anne Paris et Directeur d’enseignement Paris V

« Très présente sur la place médiatique, la bipolarité est une maladie pourtant complexe à détecter. Cette surenchère n’est pas sansconséquences : elle engendre un diagnostic trop rapide de certains médecins et une névrose de la part des patients. Les symptômes de la maladie restent encore mal cernés et son traitement pas optimal. » Lire la suite

Pourquoi la bipolarité est tellement mal traitée

 

 

Sources : Atlantico

Publié dans 11 News | Pas de Commentaires »

Comment reconnaître une personne bipolaire ?

Posté par association bipolaire provence le 17 janvier 2014


« Cyclothymie, maniaco-dépression, bipolarité : quels sont les symptômes et les traitements de cette maladie encore assez méconnue, qui touche 6% de la population ? » Lire la suite

 

Sources : nouvelobs

Publié dans 11 News | Pas de Commentaires »

Manuel de psychoéducation – Troubles bipolaires

Posté par association bipolaire provence le 30 octobre 2013

 

Manuel de psychoéducation – Troubles bipolaires

Christian Gay, Marianne Colombani

 

« La psychoéducation propose aux patients un accompagnement personnalisé visant à améliorer le suivi thérapeutique et la qualité de vie. Ce manuel présente 15 séances de psychoéducation clefs en main pour stabiliser la maladie.

  • Un outil vivant qui conjugue rigueur scientifique et accessibilité pour mettre en lumière et décrypter les techniques, méthodes et possibilités de traitements.
  • Un recueil d’informations complet et précis sur le sujet qui s’adresse à tous ceux qui sont concernés par ces troubles et souhaitent en comprendre les mécanismes, les signes et symptômes, ainsi que les différentes formes. Des questionnaires, grilles d’activités, et graphiques à compléter pour observer au quotidien l’évolution de son trouble.
  • Des conseils et des recommandations qui permettent d’anticiper, d’adapter son rythme de vie ou de faire comprendre les troubles de l’humeur à son entourage.

Christian Gay – psychiatre, cofondateur de « France dépression », coordinateur d’un programme psychoéducatif destiné aux patients bipolaires. Auteur notamment de Vivre avec un maniacodépressif (Hachette, 2008, Fayard 2010), Vivre avec des hauts et des bas (Hachette littérature 2002, J’ai lu, 2004), Guide des médicaments psy (Livre de poche 2001)

Marianne Colombani – architecte et graphiste. Elle se bats contre la bipolarité depuis plus de quinze ans « 

 

Sources : Dunod

 

Manuel de psychoéducation - Troubles bipolaires dans 08 Ouvrages manuel-de-psychoeducation-troubles-bipolaires-236x300

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans 08 Ouvrages | Pas de Commentaires »

Bipolarité et grossesse

Posté par association bipolaire provence le 4 juin 2013

Retrouver les dernières infos de notre association :   ICI


Par

Le Docteur Michael Saada
Psychiatre
réunion du jeudi 14 mars 2013

MAJ le 04/03/16

L’on devient maman de la même façon que l’on soit une femme bipolaire ou non bipolaire. Etre maman quand on souffre de maladie bipolaire implique beaucoup, et une  prise en charge importante est nécessaire. Un terme psychanalytique assez intéressant qui est la « maternalité » (1). Ce n’est pas simplement le fait de devenir mère, mais c’est tout ce que l’on projette avant de le devenir, pendant la grossesse, après l’accouchement et jusqu’à la fin de la vie. Il est intéressant de rappeler cela, car nous allons nous intéresser à la prise en charge la grossesse. Ce n’est pas au moment de l’accouchement, ni au moment où le test de grossesse est positif que tout commence. Mais bien avant, dans la réflexion, dans le désir de procréer, ou le non désir.

La grossesse est un moment particulier, unique. On parle régulièrement de crise pour évoquer la grossesse. Mot à prendre au sens de sa signification originelle. Crise, vient du mot krisis (grec). Il s’agit d’un moment « décisif », moment source de renouveau et d’enjeu. Dans l’ancien testament on l’utilisait pour évoquer un tribunal qui était hors des frontières du temple de Jérusalem. Le lieu où des juges prenaient des décisions majeures pour le peuple et tranchaient des décisions importantes. On est bien loin du terme de crise comme on l’entend aujourd’hui, avec tout le fracas psychologique et de détresse que cela peut impliquer.

Il est important pour les futures mamans qui souffrent de maladie bipolaire, d’envisager la grossesse comme un moment décisif, pour lequel elles ont leurs mots à dire, plus que comme un changement subit au cours duquel la krisis laissera place à une authentique crise. Toute grossesse désirée a plus de chance de mieux se dérouler que celle non désirée ou qui survient sans qu’on ne l’ait prévu.


Quels sont les risques pour les enfants ?

Aujourd’hui, le taux de malades atteints de troubles bipolaires dans la population générale est d’environ  1 à 2 %.

Chez les enfants dont un parent est bipolaire (père ou mère), le risque de souffrir de cette la pathologie se trouve autour des 10%. Il est d’autant plus important si les deux parents souffrent de bipolarité. Mais, la transmission génétique n’est pas vraiment établie, ce n’est pas une épée de Damoclès posée sur la tête de l’enfant. Ce n’est pas une transmission mendélienne. Les enfants de parents bipolaires ont une part d’hérédité. Ils ont une « vulnérabilité » à développer la maladie.

Le terme utilisé pour parler de gènes qu’on suspecte d’être à l’origine de la maladie, est la pénétrabilité. Ces gènes vont être dépendants de plusieurs facteurs : environnement, sévérité de la maladie, attitude des parents, celle de la mère pendant la grossesse,  prises en charge de l’enfant dans sa vie, cannabis, alcool …


Encadrement de la mère 

La mère doit être encadrée par les services médicaux pendant toute sa grossesse. On n’a pas vraiment de certitude sur l’impact du comportement de la mère sur la transmission du diagnostic de bipolarité de l’enfant.

 
Importance de la prévention de la maladie 

 Il y a une politique de prévention autour de la maladie. Il faut  repérer au plus tôt les premiers symptômes. En ce qui concerne les enfants hyperactifs, aucune certitude n’a été établie sur le développement futur de la pathologie.

 
Les 9 mois de grossesse 

 La grossesse est possible quand on est bipolaire. Il n’y a pas de contre indication. Plus de 75% des femmes bipolaires, qui ont eu une grossesse, ont rapporté que leur entourage proche leur avait conseillé de ne pas porter d’enfant. On peut considérer que c’est une inquiétude, une peur, une crainte. Quand on a par exemple une jeune femme qui a un projet de grossesse et qu’on a vécu les différentes phases de cette maladie à ses côtés, on a peut-être peur. Mais, il faut savoir que la grossesse est possible et que dans bon nombre de cas elle se passe bien.

 Il faut détruire un mythe, c’est qu’il n’y a pas d’effet protecteur de la grossesse.

Quelque rappel concernant la physiologie de la grossesse : il est très important de surveiller tous les traitements, très régulièrement, très sérieusement pendant une grossesse, car le métabolisme d’une femme enceinte n’est pas du tout le même d’une femme non enceinte. Il arrive que les femmes enceintes aient des vomissements pendant le 1er trimestre. Ce qui amène parfois à expulser aussi les médicaments. Leur absorption est alors différente. Le transit et le métabolisme sont aussi un peu au ralenti. De ce fait les traitements vont rester un plus longtemps dans le corps. Il faudra alors être scrupuleux sur les dosages, car il existe un risque de surdosage.


Traitements


Lithium 

On peut être sous lithium pendant la grossesse. Cependant, il faut savoir qu’un  syndrome de malformation du cœur peur survenir (syndrome d’Ebstein). Il y a une période critique appelée la période d’organogénèse (2) durant laquelle il est important de dépister totue anomalie. Il s’agit des 60 premiers jours correspondant notamment à l’organogénèse cardiaque (les deux premiers mois de grossesse). Il est très important que pendant les premières semaines et aussi les dernières semaines, la lithémie soit régulièrement dosée. On peut trouver chez le bébé des problèmes de thyroïdes. Le risque est très faible pour qu’il ait des effets secondaires, contrairement à la personne qui prend directement le Lithium.

Le bébé n’a pas de syndrome de manque à la naissance, mais présente un risque de  diabète néphrogénique, diabète insipide, problème d’hydratation ou syndrome du bébé « un peu mou » est possible.

 L’allaitement est contre indiqué en cas de traitement par Lithium.

 
Dépakine, Dépakote 

.png  

   Lire les articles relatifs à la Dépakine, Depakote et la grossesse : ICI


Lamictal ou Lamotrigine 

Ce traitement a apporté la preuve de son innocuité dans quasiment toutes les études. La prescription est tout à fait possible et a priori sans risque, le seul souci est que le Lamotrigine est un très bon thymorégulateur « du bas », qui a un excellent effet sur la dépression et protège aussi bien que le lithium et que la Dépakote, mais est moins efficace sur les phases « hautes ». Il faudra alors, surveiller, prévenir la mère si elle a des symptômes d’agitation,  d’excitation ou de désinhibition qui apparaissent et rapidement consulter. L’enjeu étant de connaître les symptômes précoces de décompensation de la maladie bipolaire.

Zyprexa, Olanzapine

Les antipsychotiques atypiques ont porté preuve de l’innocuité pour le bébé, a priori pas de risque tératogène. Même avec le Xéroquel, le Risperdal ou l’Abilify les chiffres en terme de malformation et d’impact sur le bébé sont très rassurants.


Antidépresseurs

Les vieux traitements type tricycliques n’ont aucun effet tératogène sur le bébé et la mère peut sortir de la mélancolie. De même, les ISRS, le Seroplex, le Zoloft peuvent être prescrits sans trop de risques, mais avec prudence.

Anxiolitiques, Benzodiazépines 

Il vaut mieux éviter la prescription des benzodiazépines pendant la grossesse : Vallium, Xanax. Le bébé peut présenter, en cas de surconsommation, des détresses respiratoires ou lui-même un syndrome de manque que la mère n’aura pas.


Conseils 

Pendant toute la grossesse, la mère doit être encadrée, avoir un psychiatre référent et le même, qui soit en lien direct avec le gynécologue et le médecin traitant, pour éviter des surprescriptions. Elle doit faire un peu plus d’échographies et un monitorage sanguin.


L’allaitement

L’allaitement est contre indiqué. Si la décision est trop difficile, elle doit être entourée psychologiquement. Pendant l’allaitement, tous les traitements sont contre indiqués, surtout le lithium. On trouvera du lait de qualité pour remplacer le lait maternel.


Troubles du  post-partum

Les mères bipolaires ont plus de chance de souffrir de troubles du post-partum que les autres. La psychose puerpérale est une phase où après l’accouchement dans les heures, les jours ou les semaines, la mère peut avoir des éléments délirants, d’agitation, voire de dépression mélancolique très profonde. En suivant pendant des années des femmes qui faisaient leur premier accès psychotique à la naissance de leur enfant, on leur a alors diagnostiqué un trouble bipolaire.

Les risques sont les éléments délirants, de ne plus s’occuper du bébé, de s’oublier, de ne pas se soigner, voire de se faire du mal, en allant jusqu’aux actes auto agressifs ou de suicide. La dangerosité pour le bébé vient surtout du fait du manque de soin qu’on va lui apporter, plus que sur l’acte direct sur lui-même. Le risque que les mères fassent du mal directement à leurs enfants est infime, cela reste des cas isolés. Quand on souffre de psychose, on est moins disponible pour s’occuper du bébé et si c’est une mère isolée, c’est un peu plus compliqué. La période la plus à risque est le premier mois, mais on peut envisager une surveillance rapprochée pendant les 6 mois qui suivent la grossesse.

Le meilleur traitement de la psychose puerpérale est la sismothérapie. Si la mère ne peut en bénéficier ou si la famille refuse, le traitement de référence est alors le Lithium, souvent d’ailleurs en association à un antipsychotique atypique.

Pendant les périodes de post-partum, la mère doit bien être surveillée et rapprocher les consultations avec son psychiatre.

Divers

Si la future mère bipolaire est stabilisée depuis une longue période, elle peut envisager une grossesse sans traitement mais en étant médicalement très surveillée.

On a tendance à croire que la grossesse protège, mais cela ne serait pas le cas.  Depuis 2007-2008, les revues scientifiques n’insistent plus ce sujet. Le risque serait le même en ce qui concerne les rechutes, mais l’idée est de distinguer à quel moment l’on rechute le plus souvent, est-ce au 1er, 2ème ou 3ème trimestre ? Peut-être qu’au 1er trimestre, on peut envisager que l’euphorie de la grossesse, si elle est désirée, peut un petit peu protéger la mère dans un environnement stable.

Une mère non stabilisée a moins de chance de mener à bien sa grossesse.

On peut être maman en étant bipolaire, ce n’est pas impossible.

Il ne faut pas avoir peur d’être enceinte, d’avoir un enfant bipolaire, si on a envie.

Il ne faut pas hésiter et surtout bien être entourée.

(1) le terme maternalité a été créé par le psychiatre psychanaliste Paul-Claude Racamier.
Il le définit comme l’ensemble des processus psycho-affectifs qui se développent et s’intègrent chez la femme lors de sa maternité. La maternalité commence au désir d’enfant réalisé ou non, se poursuit pendant la grossesse et après l’accouchement, elle s’estompe et s’arrête à la séparation psychique de la mère et de l’enfant (vers la fin de la première année). Bibliographie : « le mystère des mères » Catherine Bergeret-Amselek

 (2) l’organogénèse est le développement des organes et systèmes organiques chez l’embryon

Publié dans 12 Conférences | 1 Commentaire »

123
 

Copropriété Pascal - Doyen ... |
TEAM REMY JULIETTE |
Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LIONS CLUB EMBRUN VAL DE DU...
| Mission Tanzanie
| Boyardville , La Perrotine ...