• Lieu des réunions

    Pôle psychiatrique centre
    La Conception
    145 boulevard Baille
    13005 Marseille

  • Adresse e-mail :

    bipolaireprovence@gmail.com

  • Pages

  • Archives

Résultats de votre recherche

Valproate (épilepsie, trouble bipolaire) : l’IGAS sous-estimerait le nombre de malformations selon un avocat

Posté par association bipolaire provence le 24 février 2016

grossesse mère bipolaire

 

« L’anti-épiléptique valproate (acide valproïque, Dépakine, Micropakine, Dépakote, Dépamide et génériques) a entraîné au moins 450 malformations congénitales depuis 2006, selon une estimation de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) publiée le 23 février. Ces chiffres résultent d’une extrapolation des données obtenues dans la région Rhône-Alpes. Le médicament est commercialisé depuis 1967.

Ils sont   tout à fait provisoires et le fruit d’extrapolations très contestables, estime… » Lire la suite

Sources: Psychomedia

Publié dans 11 News | Pas de Commentaires »

Valproate (trouble bipolaire, épilepsie) et malformations congénitales : information tardive aux patients

Posté par association bipolaire provence le 15 décembre 2015

 

La grippe pendant la grossesse quadruplerait le risque de trouble bipolaire

« L’acide valproïque ou valproate (commercialisé sous les noms Dépakine, Micropakine, Dépakote, Dépamide et générique), utilisé pour le traitement de l’épilepsie et du trouble bipolaire (épisodes de manie), est très risqué pour le fœtus lorsque pris pendant la grossesse (effets dits tératogènes).

Le médicament expose »…Lire la suite

Sources : Psychomédia

Publié dans 11 News | Pas de Commentaires »

Le valproate (Depakote, Dépakine…) permettrait de développer l’oreille absolue

Posté par association bipolaire provence le 27 janvier 2014

« Le médicament antiépileptique valproate (Depakote, Depakine, Épival, acide valproïque, valproate de sodium…), utilisé pour le traitement de l’épilepsie mais aussi pour la prévention des migraines et comme stabilisateur de l’humeur pour le traitement des épisodes de manie du trouble bipolaire, faciliterait le… » Lire la suite

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sources : Psychomédia

Publié dans 11 News | Pas de Commentaires »

Bipolarité et grossesse

Posté par association bipolaire provence le 4 juin 2013


Par

Le Docteur Michael Saada
Psychiatre
réunion du jeudi 14 mars 2013

MAJ le 04/03/16

L’on devient maman de la même façon que l’on soit une femme bipolaire ou non bipolaire. Etre maman quand on souffre de maladie bipolaire implique beaucoup, et une  prise en charge importante est nécessaire. Un terme psychanalytique assez intéressant qui est la « maternalité » (1). Ce n’est pas simplement le fait de devenir mère, mais c’est tout ce que l’on projette avant de le devenir, pendant la grossesse, après l’accouchement et jusqu’à la fin de la vie. Il est intéressant de rappeler cela, car nous allons nous intéresser à la prise en charge la grossesse. Ce n’est pas au moment de l’accouchement, ni au moment où le test de grossesse est positif que tout commence. Mais bien avant, dans la réflexion, dans le désir de procréer, ou le non désir.

La grossesse est un moment particulier, unique. On parle régulièrement de crise pour évoquer la grossesse. Mot à prendre au sens de sa signification originelle. Crise, vient du mot krisis (grec). Il s’agit d’un moment « décisif », moment source de renouveau et d’enjeu. Dans l’ancien testament on l’utilisait pour évoquer un tribunal qui était hors des frontières du temple de Jérusalem. Le lieu où des juges prenaient des décisions majeures pour le peuple et tranchaient des décisions importantes. On est bien loin du terme de crise comme on l’entend aujourd’hui, avec tout le fracas psychologique et de détresse que cela peut impliquer.

Il est important pour les futures mamans qui souffrent de maladie bipolaire, d’envisager la grossesse comme un moment décisif, pour lequel elles ont leurs mots à dire, plus que comme un changement subit au cours duquel la krisis laissera place à une authentique crise. Toute grossesse désirée a plus de chance de mieux se dérouler que celle non désirée ou qui survient sans qu’on ne l’ait prévu.


Quels sont les risques pour les enfants ?

Aujourd’hui, le taux de malades atteints de troubles bipolaires dans la population générale est d’environ  1 à 2 %.

Chez les enfants dont un parent est bipolaire (père ou mère), le risque de souffrir de cette la pathologie se trouve autour des 10%. Il est d’autant plus important si les deux parents souffrent de bipolarité. Mais, la transmission génétique n’est pas vraiment établie, ce n’est pas une épée de Damoclès posée sur la tête de l’enfant. Ce n’est pas une transmission mendélienne. Les enfants de parents bipolaires ont une part d’hérédité. Ils ont une « vulnérabilité » à développer la maladie.

Le terme utilisé pour parler de gènes qu’on suspecte d’être à l’origine de la maladie, est la pénétrabilité. Ces gènes vont être dépendants de plusieurs facteurs : environnement, sévérité de la maladie, attitude des parents, celle de la mère pendant la grossesse,  prises en charge de l’enfant dans sa vie, cannabis, alcool …


Encadrement de la mère 

La mère doit être encadrée par les services médicaux pendant toute sa grossesse. On n’a pas vraiment de certitude sur l’impact du comportement de la mère sur la transmission du diagnostic de bipolarité de l’enfant.

 
Importance de la prévention de la maladie 

 Il y a une politique de prévention autour de la maladie. Il faut  repérer au plus tôt les premiers symptômes. En ce qui concerne les enfants hyperactifs, aucune certitude n’a été établie sur le développement futur de la pathologie.

 
Les 9 mois de grossesse 

 La grossesse est possible quand on est bipolaire. Il n’y a pas de contre indication. Plus de 75% des femmes bipolaires, qui ont eu une grossesse, ont rapporté que leur entourage proche leur avait conseillé de ne pas porter d’enfant. On peut considérer que c’est une inquiétude, une peur, une crainte. Quand on a par exemple une jeune femme qui a un projet de grossesse et qu’on a vécu les différentes phases de cette maladie à ses côtés, on a peut-être peur. Mais, il faut savoir que la grossesse est possible et que dans bon nombre de cas elle se passe bien.

 Il faut détruire un mythe, c’est qu’il n’y a pas d’effet protecteur de la grossesse.

Quelque rappel concernant la physiologie de la grossesse : il est très important de surveiller tous les traitements, très régulièrement, très sérieusement pendant une grossesse, car le métabolisme d’une femme enceinte n’est pas du tout le même d’une femme non enceinte. Il arrive que les femmes enceintes aient des vomissements pendant le 1er trimestre. Ce qui amène parfois à expulser aussi les médicaments. Leur absorption est alors différente. Le transit et le métabolisme sont aussi un peu au ralenti. De ce fait les traitements vont rester un plus longtemps dans le corps. Il faudra alors être scrupuleux sur les dosages, car il existe un risque de surdosage.


Traitements


Lithium 

On peut être sous lithium pendant la grossesse. Cependant, il faut savoir qu’un  syndrome de malformation du cœur peur survenir (syndrome d’Ebstein). Il y a une période critique appelée la période d’organogénèse (2) durant laquelle il est important de dépister totue anomalie. Il s’agit des 60 premiers jours correspondant notamment à l’organogénèse cardiaque (les deux premiers mois de grossesse). Il est très important que pendant les premières semaines et aussi les dernières semaines, la lithémie soit régulièrement dosée. On peut trouver chez le bébé des problèmes de thyroïdes. Le risque est très faible pour qu’il ait des effets secondaires, contrairement à la personne qui prend directement le Lithium.

Le bébé n’a pas de syndrome de manque à la naissance, mais présente un risque de  diabète néphrogénique, diabète insipide, problème d’hydratation ou syndrome du bébé « un peu mou » est possible.

 L’allaitement est contre indiqué en cas de traitement par Lithium.

 
Dépakine, Dépakote 

.png  

   Lire les articles relatifs à la Dépakine, Depakote et la grossesse : ICI


Lamictal ou Lamotrigine 

Ce traitement a apporté la preuve de son innocuité dans quasiment toutes les études. La prescription est tout à fait possible et a priori sans risque, le seul souci est que le Lamotrigine est un très bon thymorégulateur « du bas », qui a un excellent effet sur la dépression et protège aussi bien que le lithium et que la Dépakote, mais est moins efficace sur les phases « hautes ». Il faudra alors, surveiller, prévenir la mère si elle a des symptômes d’agitation,  d’excitation ou de désinhibition qui apparaissent et rapidement consulter. L’enjeu étant de connaître les symptômes précoces de décompensation de la maladie bipolaire.

Zyprexa, Olanzapine

Les antipsychotiques atypiques ont porté preuve de l’innocuité pour le bébé, a priori pas de risque tératogène. Même avec le Xéroquel, le Risperdal ou l’Abilify les chiffres en terme de malformation et d’impact sur le bébé sont très rassurants.


Antidépresseurs

Les vieux traitements type tricycliques n’ont aucun effet tératogène sur le bébé et la mère peut sortir de la mélancolie. De même, les ISRS, le Seroplex, le Zoloft peuvent être prescrits sans trop de risques, mais avec prudence.

Anxiolitiques, Benzodiazépines 

Il vaut mieux éviter la prescription des benzodiazépines pendant la grossesse : Vallium, Xanax. Le bébé peut présenter, en cas de surconsommation, des détresses respiratoires ou lui-même un syndrome de manque que la mère n’aura pas.


Conseils 

Pendant toute la grossesse, la mère doit être encadrée, avoir un psychiatre référent et le même, qui soit en lien direct avec le gynécologue et le médecin traitant, pour éviter des surprescriptions. Elle doit faire un peu plus d’échographies et un monitorage sanguin.


L’allaitement

L’allaitement est contre indiqué. Si la décision est trop difficile, elle doit être entourée psychologiquement. Pendant l’allaitement, tous les traitements sont contre indiqués, surtout le lithium. On trouvera du lait de qualité pour remplacer le lait maternel.


Troubles du  post-partum

Les mères bipolaires ont plus de chance de souffrir de troubles du post-partum que les autres. La psychose puerpérale est une phase où après l’accouchement dans les heures, les jours ou les semaines, la mère peut avoir des éléments délirants, d’agitation, voire de dépression mélancolique très profonde. En suivant pendant des années des femmes qui faisaient leur premier accès psychotique à la naissance de leur enfant, on leur a alors diagnostiqué un trouble bipolaire.

Les risques sont les éléments délirants, de ne plus s’occuper du bébé, de s’oublier, de ne pas se soigner, voire de se faire du mal, en allant jusqu’aux actes auto agressifs ou de suicide. La dangerosité pour le bébé vient surtout du fait du manque de soin qu’on va lui apporter, plus que sur l’acte direct sur lui-même. Le risque que les mères fassent du mal directement à leurs enfants est infime, cela reste des cas isolés. Quand on souffre de psychose, on est moins disponible pour s’occuper du bébé et si c’est une mère isolée, c’est un peu plus compliqué. La période la plus à risque est le premier mois, mais on peut envisager une surveillance rapprochée pendant les 6 mois qui suivent la grossesse.

Le meilleur traitement de la psychose puerpérale est la sismothérapie. Si la mère ne peut en bénéficier ou si la famille refuse, le traitement de référence est alors le Lithium, souvent d’ailleurs en association à un antipsychotique atypique.

Pendant les périodes de post-partum, la mère doit bien être surveillée et rapprocher les consultations avec son psychiatre.

Divers

Si la future mère bipolaire est stabilisée depuis une longue période, elle peut envisager une grossesse sans traitement mais en étant médicalement très surveillée.

On a tendance à croire que la grossesse protège, mais cela ne serait pas le cas.  Depuis 2007-2008, les revues scientifiques n’insistent plus ce sujet. Le risque serait le même en ce qui concerne les rechutes, mais l’idée est de distinguer à quel moment l’on rechute le plus souvent, est-ce au 1er, 2ème ou 3ème trimestre ? Peut-être qu’au 1er trimestre, on peut envisager que l’euphorie de la grossesse, si elle est désirée, peut un petit peu protéger la mère dans un environnement stable.

Une mère non stabilisée a moins de chance de mener à bien sa grossesse.

On peut être maman en étant bipolaire, ce n’est pas impossible.

Il ne faut pas avoir peur d’être enceinte, d’avoir un enfant bipolaire, si on a envie.

Il ne faut pas hésiter et surtout bien être entourée.

(1) le terme maternalité a été créé par le psychiatre psychanaliste Paul-Claude Racamier.
Il le définit comme l’ensemble des processus psycho-affectifs qui se développent et s’intègrent chez la femme lors de sa maternité. La maternalité commence au désir d’enfant réalisé ou non, se poursuit pendant la grossesse et après l’accouchement, elle s’estompe et s’arrête à la séparation psychique de la mère et de l’enfant (vers la fin de la première année). Bibliographie : « le mystère des mères » Catherine Bergeret-Amselek

 (2) l’organogénèse est le développement des organes et systèmes organiques chez l’embryon

Publié dans 12 Conférences | 1 Commentaire »

Une piste pour de nouveaux régulateurs de l’humeur

Posté par association bipolaire provence le 9 septembre 2012


Le chocolat serait efficace sur l’humeur, selon des scientifiques américains. Lors d’une étude sur le goût des aliments, les chercheurs ont découvert que certaines substances, qui créent le goût , sont semblables à celles qui se trouvent dans des régulateurs de l’humeur.

L’acide valproïque, que l’on trouve dans Dépakote, Dépamide ou Dépakine, serait un des constituants du Une piste pour de nouveaux régulateurs de l'humeur dans 11 News fraise1chocolat, des fraises, des framboises, du thé et  d’ aliments riches en oméga 3. Ils auraient des  effets positifs sur l’humeur. Les scientifiques poursuivent leurs recherches pour trouver d’autres régulateurs de l’humeur grâce à la nourriture. 

Mais manger des aliments, qui interagissent sur l’humeur, ne remplace pas les traitements médicaux.

Source : Dailymail.

Publié dans 11 News | Pas de Commentaires »

3. Les traitements médicamenteux prescrits aux patients bipolaires

Posté par le 30 novembre -0001

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Les traitements médicamenteux prescrits aux patients bipolaires (1/3)

Posté par association bipolaire provence le 5 mai 2011

Les traitements médicamenteux prescrits aux patients bipolaires visent : 

            – à assurer un traitement de fond pour réguler l’humeur,

            – à réduire les symptômes les plus aigus,

            – à prévenir la survenue de nouveaux épisodes.

Ils ne guérissent pas la maladie mais sont essentiels à la bonne santé des bipolaires.

Cette liste est non exhaustive. Elle est donnée à titre uniquement informative. Elle n’a pas pour but de conseiller une molécule plutôt qu’une autre.

Seul un médecin est habilité à prescrire le traitement approprié à son patient.

 

 

Nous allons traiter ce thème en trois parties. Dans ce premier article, nous aborderons les traitements de fonds existants sur le marché. Cette liste est non exhaustive. Elle est donnée à titre uniquement informative. Elle n’a pas pour but de conseiller une molécule plutôt qu’une autre. Seul un médecin est habilité à prescrire le traitement approprié à son patient.

 

 

 

traitements.jpg

 

I. Le traitement de fond : les thymorégulateurs

Les thymorégulateurs, ou normothymiques, sont des psychotropes (1) ayant pour indication la stabilisation de l’humeur et la prévention des rechutes. Les molécules prescrites sont généralement :

Le lithium (Théralite)

Le lithium est un traitement efficace dans le traitement des phases maniaques et dépressives. La concentration sérique de lithium et la fonction thyroïdienne sont régulièrement contrôlées. Les premiers effets bénéfiques apparaissent généralement au bout de 6 à 8 semaines. Cependant, le lithium ne conviendrait pas au traitement de la manie sévère, des états mixtes et des cycles rapides. Les patients ayant peu d’épisodes d’humeur extrême au cours de leur vie,  réagiraient le mieux au traitement que les autres

Les anticonvulsivants (Tégrétol, Dépamide, Dépakote, Lamictal)

Les  traitements pour le trouble bipolaire ont évolué avec  l’introduction des anticonvulsivants, parmi lesquels on compte la carbamazépine (Tégrétol), l’Acidevalproïque (Dépakote, Dépamide, Dépakine) et la lamotrigine (Lamictal). Les patients présentant des cycles rapides ou des épisodes mixtes réagiraient mieux à ce type de traitement.

Les résultats de plusieurs études montrent que la carbamazépine et l’Acidevalproïque possèdent des effets antimaniaques et antidépressifs, à la fois seule et en combinaison avec le lithium ou avec des antidépresseurs.

La lamotrigine est un aussi un anticonvulsivant utilisé dans le trouble bipolaire. Plusieurs études ont montré que la lamotrigine est efficace pour le traitement de la dépression et des cycles rapides du trouble bipolaire. La lamotrigine doit être utilisée avec précaution. Le traitement est lent et progressif. Il est à noter que certains effets secondaires graves rares peuvent survenir.

Les thymorégulateurs ne sont jamais efficaces immédiatement. Le délai d’action est variable selon les molécules et les patients. Il faut généralement 6 mois de traitement continu pour s’assurer de l’effet ou du non effet du traitement.

 .pngLire les articles relatifs à la Dépakine, Depakote et la grossesse : ICI 
 

Les antipsychotiques atypiques (Zyprexa, Risperdal, Abilify et Xéroquel)

Les antipsychotiques atypiques désignent une sous-classe pharmacologique des neuroleptiques utilisés dans le traitement médicamenteux de troubles psychiatriques.  Le qualificatif “atypique” est utilisé pour distinguer ces médicaments des antipsychotiques “typiques”. En effet, les antipsychotiques atypiques sont réputés être plus spécifiques avec moins d’effets indésirables et  plus efficaces. Ils sont apparus au début des années 1990. Les molécules prescrites sont généralement : l’olanzapine (Zyprexa), la rispéridone (Rispéridal), l’aripriprazole (Abilify) et la quétiapine (Xéroquel).

 (1) substance qui agit principalement sur l’état du système nerveux central en y modifiant certains processus biochimiques et physiologiques cérébraux

 

 

Les médicaments précités sont prescrits à titre personnel, uniquement par un mèdecin, dans des quantités précises.

Il ne faut pas les recommander, ni en donner à d’autres personnes.

… A suivre

MAJ 04/03/16

 

Publié dans 02 Thérapeutiques | Pas de Commentaires »

 

Copropriété Pascal - Doyen ... |
TEAM REMY JULIETTE |
Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LIONS CLUB EMBRUN VAL DE DU...
| Mission Tanzanie
| Boyardville , La Perrotine ...