• Lieu des réunions

    Pôle psychiatrique centre
    La Conception
    145 boulevard Baille
    13005 Marseille

  • Adresse e-mail :

    bipolaireprovence@gmail.com

  • Pages

  • Archives

Bipolaire : Je ne veux pas mourir mais en finir avec la vie

Posté par association bipolaire provence le 7 avril 2011

Bipolaire : Je ne veux pas mourir mais en finir avec la vie

Ann Heberlein

« Dénonçant le silence qui entoure les maladies psychiques, Ann Heberlein, intellectuelle suédoise atteinte de trouble bipolaire, livre ici un témoignage bouleversant dans lequel elle avoue sa forte pulsion suicidaire. Quelle aideannheberlein.jpg la société pourrait-elle apporter pour combattre ces maladies chroniques dont les symptômes ne se voient pas à l’oeil nu ? Réflexion et témoignage d’une bipolaire en colère. Comment une journaliste talentueuse, mère de trois enfants, aimée de son mari, choyée par ses amis, peut-elle ressentir l’envie de mourir ? Oscillant entre des élans d’enthousiasme et des crises de dépression profonde, Ann Heberlein lutte perpétuellement pour sa survie. Les bipolaires, anciennement appelés maniaco-dépressifs, vivent le plus souvent dans l’incompréhension totale de leur entourage et de la société. On les traite de “névrosés” et on leur conseille de ne pas se laisser aller à la mélancolie. A l’heure où chacun se voit imposer la performance dans tous les domaines de la vie, ce texte nous rappelle que la fragilité et la souffrance constituent aussi, parfois, une part de notre humanité. Véritable plongée au coeur d’une maladie que l’on soigne autant avec des mots qu’avec des médicaments, et dont il est très difficile de guérir puisque le virus vient de l’intérieur, ce récit suscite nombre de questionnements. Tentant d’échapper aux crises existentielles provoquées par sa pathologie, Ann Heberlein réfléchit à sa condition, mais pointe aussi du doigt les failles du corps médical face à sa souffrance. Marchant au-dessus du gouffre de la mort sur le fil instable de la maladie, elle ne peut compter que sur sa propre vérité et sur sa capacité à exprimer le fond de son être. Son travail d’écriture et de réflexion est un formidable outil pour comprendre les ressorts complexes de la bipolarité et de la pulsion suicidaire. Un témoignage bouleversant qui a déjà rencontré un très grand succès en Suède. » (présentation de l’éditeur)

Paru en 04/2011

Publié dans 08 Ouvrages | 1 Commentaire »

Savoir se relaxer

Posté par association bipolaire provence le 4 avril 2011

 

Savoir se relaxer

Docteur Charly Cungi

 savoirserelaxer.jpgLa relaxation est utile dans la plupart des situations de la vie quotidienne : afin de mieux faire face aux contrariétés, de mieux profiter des périodes de calme…, pour se reposer efficacement, éviter l’irritabilité ou l’angoisse. Intégrer la relaxation à ses autres savoir-faire améliore les performances et préserve la santé. S’entraîner régulièrement apporte de nombreux bénéfices : la relaxation favorise la concentration, le raisonnement, l’action.

Ce guide pratique aide à définir ses propres « besoins » en relaxation et donne des méthodes simples, faciles à mettre en œuvre au quotidien et très efficaces.

Grâce aux nombreux conseils, exemples et exercices proposés et à l’aide du CD-ROM, il permet rapidement d’apprendre les différentes méthodes, de les combiner et de les mettre en œuvre avec succès. Paru en 2006.

Publié dans 08 Ouvrages | Pas de Commentaire »

Relaxation : interview du Dr Charly Cungi psychiatre

Posté par association bipolaire provence le 4 avril 2011

 

Présentation de la relaxation en thérapie comportementale et cognitive par le docteur Charly Cungi, psychiatre et psychothérapeute spécialisé en thérapie comportementale et cognitive.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Charly Cungy a publié « Savoir se relaxer » chez Retz Editions en 2006.

Publié dans 02 Thérapeutiques | Pas de Commentaire »

Des hauts et des bas

Posté par association bipolaire provence le 1 avril 2011

Des hauts et des bas

Docteur Nicolas Duschene

 

deshauts.jpgQui ne s’est levé un jour du pied gauche? Ne serait-il pas agréable que notre moral soit toujours bon, notre énergie inépuisable, nos pensées raisonnables et optimistes ? Les variations d’humeur sont certes normales, mais certaines personnes souffrent de cyclothymie marquée ou d’un véritable trouble bipolaire (autrefois appelé maladie maniaco-dépressive).

De véritables états de dépression, d’énervement et d’excitation perturbent alors inexorablement et régulièrement l’existence… Décourageants pour qui les subit et éprouvants pour l’entourage. Comment identifier les signes de la cyclothymie ? Du trouble bipolaire ? Quels en sont les mécanismes neurologiques et psychologiques ? Comment ne plus voir sa vie gâchée par ces oscillations incontrôlables ?

Spécialiste de la cyclothymie et des troubles bipolaires, Nicolas Duchesne propose des conseils concrets à mettre en œuvre soi-même et explique comment bien utiliser les différents moyens thérapeutiques actuellement disponibles. Il montre dans ce livre que l’on peut agir efficacement. Et changer sa vie. Nicolas Duchesne est médecin psychiatre, chargé d’enseignement à l’université et spécialiste des psychothérapies cognitivo-comportementales. Il exerce à l’hôpital de Montpellier. Paru en 2006.

Publié dans 08 Ouvrages | Pas de Commentaire »

Les différentes thérapies proposées aux bipolaires

Posté par association bipolaire provence le 26 mars 2011

Allier la psychothérapie au traitement médicamenteux est de plus en plus préconisée pour les bipolairse. Elle vise au mieux être du patient et aussi à augmenter le suivi du traitement par ce dernier. De plus, la psychothérapie réduirait le nombre et la durée des hospitalisations ainsi que les rechutes. Elle améliorerait le fonctionnement social et la qualité de la vie. Elle diminuerait aussi les risques de suicide.

Il existe différentes approches psychothérapeutiques dont la psychoéducation, la thérapie cognitive et comportementale (TCC), les thérapies familiales, la thérapie de groupe et/ou la thérapie individuelle adaptée au cas par cas.


Psychoéducation

psychoeduc1.jpg

Le besoin d’une meilleure éducation en matière de trouble bipolaire est reconnu depuis longtemps. En renseignant les patients et leur famille sur la maladie, la psychoéducation a différents buts.

Elle vise à :

-  accepter la maladie,
- 
stimuler la prise du traitement,
-  
réduire l’abus de stupéfiant,
- 
apprendre aux patients à identifier les symptômes de rechute.

La psychoéducation aborde différents thèmes dont : les effets secondaires des traitements, l’évolution de la maladie et les obstacles au rétablissement.

Les études sur l’efficacité de la psychoéducation montrent des résultats prometteurs (études de Colomb et al. 2003, de Sachs 2003). La majorité des programmes se traduisent par un meilleur suivi du traitement et par une réduction du nombre de rechutes et des hospitalisations.

Plus d’infos : ici
Ouvrage  :
ici

 

Thérapie cognitive et comportementale (TCC)

tcc.jpg La TCC a pour but de permettre au patient d’augmenter les possibilités d’autogestion. Ce type de  thérapie permet d’agir  sur le comportement et  sur la cognition du patient : ses pensées, ses perceptions et l’interprétation de ce qui lui arrive. Le patient peut influer sur ses pensées négatives en analysant la façon dont ses propres schémas de pensée contribuent aux symptômes. Ainsi le patient pourra modifier ses pensées et son comportement de façon à réduire l’apparition des prodromes. La TCC l’informe aussi sur les difficultés de fonctionnement social liées à sa maladie. Elle permet d’ajuster le traitement et les interventions thérapeutiques nécessaires. Elle apprend aussi au patient à suivre son traitement de manière régulière. La TCC lui fournit des stratégies comportementales pour s’adapter aux conséquences des accès dépressifs et maniaques.

Plus d’infos : http://www.aftcc.org 

 

Thérapie familiale

famille.jpgLes patients bipolaires rencontrent souvent des difficultés dans leurs relations conjugales et familiales. Des relations tendues peuvent les amener à rechuter. La thérapie familiale éduque les bipolaires et leur entourage sur la maladie.

La thérapie familiale se compose de trois étapes :      

-  l’évaluation,
-  la  formation pour améliorer la communication,
- la formation pour résoudre les problèmes.

Elle permet au patient :

- de mieux accepter sa pathologie,
- de suivre son traitement de manière régulière,
- de gérer les facteurs de stress et de s’intégrer socialement et professionnellement.

Elle apprend aux familles les méthodes de communication adéquates. Au cours des séances, le patient ou ses proches peuvent faire part des signes post-traumatiques présents après une crise ou d’une période d’hospitalisation. Les thérapeutes enseignent aussi aux proches à repérer les prodromes annonciateurs d’une rechute.

 

Thérapie de groupe

groupe.jpg

La thérapie de groupe est utilisée dans le traitement du trouble bipolaire depuis une quinzaine d’années. Elle apprend aux patients à suivre régulièrement le traitement et permet de réduire le nombre de rechutes. Les patients qui allient la thérapie de groupe aux traitements médicamenteux paraissent présenter moins de conflits familiaux ou du moins savent mieux les gérer. Les échecs conjugaux et le nombre d’hospitalisation sont en recul en comparaison aux bipolaires traités uniquement par traitement médicamenteux.

Publié dans 02 Thérapeutiques | Pas de Commentaire »

L’art-thérapie

Posté par association bipolaire provence le 24 mars 2011

L’art-thérapie utilise la création artistique  pour exprimer et transformer le ressenti du patient. La qualité artistique de l’œuvre n’a pas d’importance. L’art-thérapie peut aider les personnes ayant des difficultés à s’exprimer et à communiquer. Le geste créateur appelle l’imagination, l’intuition, la pensée et les émotions. La création permet de divulguer d’autres aspects de soi. Elle peut amener à de nouveaux comportements qui contribueront au mieux-être des bipolaires.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

« Quand l’art soulage » article paru dans la Dépèche.fr 17/03/2011

(Cliquer sur l’image)

journal.jpg

 

Publié dans 02 Thérapeutiques, 07 Art et Bipolarité | Pas de Commentaire »

Pièce de théâtre : »Le Truc »

Posté par association bipolaire provence le 22 mars 2011

« Victoire (une maniaco-dépressive) est seule chez elle, comme tous les soirs, elle tourne en rond ; on sonne à la porte.

Une voix la supplie de lui ouvrir.

Victoire prend le risque. Une sublime jeune femme s’impose brutalement dans son salon bien rangé.

C’est ainsi que commence la folle rencontre de Victoire et Amanda.

De digestifs en apéritifs, elles vont apprendre à se connaître, s’aider à vivre jusqu’à ne plus pouvoir se quitter.

Tragique destin d’une amitié qui aurait pu leur donner des ailes mais les a laissé au bord du précipice. »

 

letruc.png


Publié dans 07 Art et Bipolarité | Pas de Commentaire »

Vote des « soins psychiatriques sans consentement » à l’Assemblée Nationale 15/03/2011

Posté par association bipolaire provence le 19 mars 2011

Aujourd’hui environ 70 000 personnes sont hospitalisées sans leur consentement : 85 % en HDT (hospitalisation à la demande d’un tiers) et 15 % en HO (hospitalisation d’office).

stethoscope1.jpgLa loi des « soins psychiatriques sans consentement«  va remplacer l’hospitalisation sous contrainte existante (loi de 1990) : HDT et  HO. En outre, une période d’observation préalable de 72 heures est aussi prévue.

Le projet prévoit l’intervention d’un juge des libertés et de la détention (JLD) après 15 jours d’hospitalisation sans consentement  ainsi que de nouveaux aménagements:

- suppression des sorties d’essais

- mise en place d’un jury d’experts pour les cas  les plus graves. En cas de désaccord, le juge des libertés trancherait

- nouvelle possibilité d’hospitalisation sans consentement  « en cas de péril imminent » sans qu’il y ait trouble à l’ordre public

- mise en place d’une obligation de soins ambulatoires (ou à domicile) sans consentement 

- allongement de la période d’observation pour hospitalisation sans consentement à 72 heures contre 48 h actuellement

- dispositif de suivi renforcé pour les cas les plus sensibles (personnes déclarées irresponsables pénalement ou ayant séjournées dans une unité pour malades difficiles).

Ce projet de loi est dénoncé par la plupart des soignants.  Ils le considèrent  « rétrograde, injuste et inadaptée ».  Les députés ont voté quasiment en l’état l’ensemble des dispositions du projet. Cependant le  gouvernement peut faire évoluer ses positions d’ici la discussion au Sénat.

En savoir plus : ici


Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Bipolarité et justice

Posté par association bipolaire provence le 15 mars 2011

 

Le 15 mars 2011 le journal « L’indépendant «  publiait un article qui illustre, bien malgré lui, la Semaine d’Information sur la Santé Mentale 2011.

Il s’intitulait :  « Narbonne. Le voleur farfelu en prison pour 26 mois ».

Cet article relatait l’histoire d’un jeune homme de 24 ans, souffrant de troubles psychiatriques évidents, traduit devant la justice pour vols et récidives.  Il s’exprimait de façon désordonnée et éprouvait les pires difficultés à se concentrer. Il ne cessait de bouger les bras et la tête. L’expert psychiatrique en avait conclu qu’il souffrait d’un trouble bipolaire. Il avait, a priori, commis des délits lors de phases thymiques. Et pourtant ce jeune homme a été condamné à 26 mois de prison ferme sans lui prescrire aucun soin.

Ce fait divers nous amène à réfléchir sur le chemin à parcourir pour faire (re) connaître et accepter la bipolarité. Il réouvre aussi le débat sur la responsabilité du patient lors des accès maniaques ou dépressifs. Prison ou hôpital ?

Qu’en pensez-vous ?

 

Lors d'un accès le bipolaire est-il responsable de ses actes ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...


 

Lire la suite… »

Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Vivre avec un(e) bipolaire

Posté par association bipolaire provence le 11 mars 2011

Vivre avec un(e) bipolaire est souvent difficile pour son entourage. La maladie est souvent à l’origine de ruptures familiales. Les proches des bipolaires vivent dans l’inquiétude des changements d’humeur, supportant mieux les dépressions que l’excitation.  De caractère généralement créatif, généreux, et sensible, les bipolaires ont souvent conscience de ce qu’ils font endurer à leurs proches, sans pouvoir y remédier.

Lors de la phase dépressive, l’entourage se sent souvent impuissant pour atténuer  la tristesse et l’aboulie qui habitent le malade.  Alors que ce dernier ne peut plus assurer les tâches de la vie courante, l’aidant doit le suppléer. A contrario, au cours des phases maniaques ou hypomaniaques,  le bipolaire est alors enjoué, euphorique et exalté. Son entourage devient un obstacle, l’empêchant de faire des achats, lui reprochant ses exhortations publiques, sa familiarité, ses frasques…. Le bipolaire impose le rythme. Il est difficile de le suivre et d’en supporter les conséquences. Les séparations et divorces sont ainsi fréquents.

37b.jpg

La personne vivant avec un(e) bipolaire doit très attentive sur le suivi du traitement médicamenteux. En effet, lorsqu’il se sent mieux, le malade oublie ou ne veut plus le prendre. Le proche doit donc se faire expliquer le contexte pathologique par le médecin, pour être en mesure d’appréhender les difficultés qu’il provoque.

Lors des périodes aigües des phases maniaques ou dépressives, il est contre-indiqué de prendre des décisions définitives engageant la vie familiale. Dans les situations qui l’imposent, une mise sous curatelle ou tutelle doit alors être envisagée.

La bipolarité a des conséquences sur l’entourage proche du malade. Il est important que les aidants rencontrent compréhension et soutien auprès de leurs proches : famille, amis, soignants …

Il est primordial que l’aidant pense aussi à lui et à ses enfants. Il est nécessaire qu’il se ménage des espaces de loisirs ou d’activités afin de souffler et d’oublier temporairement la maladie.

Publié dans 05 Conseils bipolaires/aidants | Pas de Commentaire »

1...3940414243...45
 

Copropriété Pascal - Doyen ... |
TEAM REMY JULIETTE |
Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LIONS CLUB EMBRUN VAL DE DU...
| Mission Tanzanie
| Boyardville , La Perrotine ...