• Lieu des réunions

    Pôle psychiatrique centre
    La Conception
    145 boulevard Baille
    13005 Marseille

  • Adresse e-mail :

    bipolaireprovence@gmail.com

  • Pages

  • Archives

Antipsychotiques : la prise de poids et le risque accru de diabète mieux compris

Posté par association bipolaire provence le 17 juillet 2011

Une étude néerlandaise menée sur l’olanzapine (Zyprexa), a été présentée au congrès annuel SSIB 1 (Société pour l’étude du comportement alimentaire) qui s’est tenue en Floride, du 12 juillet  au 16 juillet 2011.

antipsychotiquelaprisedepoidsetlerisqueaccrudediabtemieuxcompris.jpgL’olanzapine est prescrite pour traiter la schizophrénie et les  troubles bipolaires Des études chez l’humain et chez l’animal, ont démontré  à une prise de poids et une la résistance à l’insuline.

Leurs résultats ont confirmé les études précédentes. L’olanzapine pouvait induire une prise de poids en faisant manger plus et consommer plus de calories. Ils montrent aussi que le médicament réduit la température du corps, ce qui réduit la dépense énergétique. Il altère aussi le métabolisme du glucose, ce qui peut contribuer à la réduction de la sensibilité à l’insuline.

Anton Scheurink et Simon Evers de l’Université de Groningen ont mené cette étude, visant à identifier les mécanismes sous-tendant les effets métaboliques du médicament, avec des volontaires masculins en bonne santé.

« Notre groupe de recherche estime que la baisse de la température corporelle est l’effet le plus direct et consistant de l’olanzapine chez les humains et les animaux. Cette baisse de la température peut expliquer plusieurs des effets secondaires métaboliques du médicament, incluant la suralimentation, la dépense énergétique réduite, la sédation, la glycémie (taux de sucre sanguin) élevée et la résistance à l’insuline. »

 1 La SSIB est un organisme de recherche scientifique sur les comportements alimentaires, des liquides et ses associés les processus biologiques, psychologiques et sociaux.

Sources : psychomedia

Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Recherche sur la bipolarité au Canada

Posté par association bipolaire provence le 10 juillet 2011

rechercheenpsychiatrie.jpgLe Canada reste  précurseur en matière de recherche sur la bipolarité.

« Le Laboratoire Pfizer versera 200 000 $ cette année pour appuyer les chercheurs canadiens.

Pfizer Canada lance le Programme d’excellence en recherche psychiatrique dans le but de soutenir les efforts des chercheurs canadiens et de faire progresser la recherche clinique et la prise en charge des patients dans ce domaine.

Ce programme de bourses de recherche s’adresse à tous les chercheurs qui s’intéressent aux troubles psychiatriques et aux maladies mentales, qu’ils soient médecins, professeurs ou pharmaciens. Deux bourses de 100 000 $ seront remises en vue de financer des projets de recherche novateurs portant sur le trouble dépressif majeur, la schizophrénie et le trouble bipolaire.

Un comité externe indépendant, constitué d’experts canadiens en recherche médicale, se penchera sur tous les projets soumis et choisira les lauréats.

« De par son engagement à l’égard de la recherche en santé mentale, le Canada fait manifestement figure de chef de file, et c’est un privilège de prendre part à un programme si prometteur et utile, affirme Dre MacQueen. En soutenant les chercheurs qui proposent de nouvelles initiatives, Pfizer leur permet d’approfondir les connaissances cliniques sur la prévention et la prise en charge des troubles psychiatriques afin d’alléger le fardeau associé à ces maladies. »

Les projets admissibles cette année comprennent la recherche clinique chez l’humain et la recherche évaluative ou épidémiologique portant sur le trouble dépressif majeur, la schizophrénie ou le trouble bipolaire. »

Sources : CNW. Newswire.ca

Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Le gouvernement prépare un nouveau Plan de santé mentale

Posté par association bipolaire provence le 6 juillet 2011

« La secrétaire d’Etat à la Santé vient d’installer le comité d’orientation chargé d’élaborer un nouveau Plan de santé mentale.

La loi relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge, récemment adoptée par le Parlement, sera accompagnée d’un nouveau Plan psychiatrie – santé mentale. Le comité d’orientation a installé le 27 juin par Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée de la Santé, a pour mission d’élaborer ce plan. Au-delà de ce nouveau plan, Nora Berra appelle de ses vœux un véritable « débat de société», qui questionne en profondeur « la capacité de notre société à reconnaitre, prendre en compte, accompagner les difficultés que les personnes traversent avec l’expérience de la maladie », afin de « garantir la citoyenneté et l’inclusion, malgré la pathologie et le handicap ».

Pour déboucher sur « un cadre stratégique clair et lisible », la secrétaire d’Etat souligne sa volonté d’associer l’ensemble des acteurs concernés à sa définition. Associations d’usagers de la psychiatrie, fédérations d’établissements publics et privés, sanitaires et médico-sociaux, secteur de la psychiatrie et du handicap psychique, conférences de directeurs et présidents de CME des établissements hospitaliers, syndicats de médecins hospitaliers et libéraux et syndicat de psychologues, association d’infirmiers en psychiatrie et de directeurs des soins, sociétés savantes : tous seront donc représentés au sein du comité d’orientation. Le directeur général de la santé (DGS), Jean-Yves Grall, est chargé de finaliser la composition, la méthode et le calendrier de ce comité. Objectif : que le plan soit finalisé avant la fin de l’année. »

 

Sources : Weka

Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Adoption du projet de loi des « soins psychiatriques sans consentement »

Posté par association bipolaire provence le 5 juillet 2011

22 juin 2011

Le parlement français a adopté, en 3ème lecture, le  projet de loi sur la psychiatrie vivement contesté par la plupart des professionnels et des associations de défense des malades psychiatriques.

La loi  permet donc :

- l’’hospitalisation d’office d’une personne en cas de « péril imminent »

- une période d’observation de 72 heures

- l’obligation de soins sans consentement à domicile.

Cette loi est la conséquence directe des suites du meurtre, en novembre 2008 à Grenoble, d’un étudiant par un malade qui s’était échappé d’un hôpital psychiatrique.

Néanmoins la loi  tient compte de deux décisions du Conseil constitutionnel :

- un second avis psychiatrique est nécessaire pour le maintien à l’hôpital lorsque le préfet décide de ne pas suivre les recommandations d’un psychiatre favorables à une levée de l’hospitalisation.

- le maintien de l’hospitalisation sans consentement, à la demande d’un tiers, sans l’intervention d’un magistrat au-delà de 15 jours a été retiré

Ces nouvelles dispositions devraient entrer en vigueur le 1er août 2011 (la loi n’a pas encore été publiée).

Post réactualisé le 05/07/2011

 

Approuvez-vous l'adoption de la loi sur les soins psychiatriques sans consentement ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
 

Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Le trouble bipolaire n’augmente pas le risque de crimes violents

Posté par association bipolaire provence le 23 juin 2011

Faire évoluer les mentalités du grand public face aux peurs que suscitent les maladies mentale. Vaste débat, que le projet de loi sur les soins psychiatriques sans consentement adoptée le 15 juin 2011, remet aussi à l’ordre du jour.

letroublebipolairenaugmentepaslerisquedecrimesviolents.jpg

Une étude du  Karolinska Institutet (Suède) suggère que le trouble bipolaire n’augmente pas le risque de commettre des crimes violents. Au lieu de cela, la surreprésentation des bipolaires dans les statistiques de criminalité violente est presque totalement attribuable aux abus de drogues.

Le débat public sur les crimes violents, où un malade psychiatrique est impliqué, induit généralement que cette violence est une conséquence directe de la maladie. Des recherches antérieures ont également suggéré que les bipolaires seraient plus susceptibles de se comporter violemment. Toutefois, il a été difficile de savoir si la violence est due au trouble lui-même, ou si elle est la  cause  de la personnalité de l’individu ou de son mode de vie.

La nouvelle étude, menée par des chercheurs de l’Institut Karolinska et l’Université d’Oxford, a été présentée en septembre 2010 dans la revue scientifique Archives of General Psychiatry. Les chercheurs ont comparé le taux de crimes violents de plus de 3.700  bipolaires soignés dans des hôpitaux suédois entre 1973 et 2004 avec celle de 37.000 individus de la population en général.

Dans cette étude,  21% des patients atteints de trouble bipolaire et souffrant d’une addiction (alcool ou drogues) ont été reconnus coupables de crimes violents. Chez les bipolaires sans addiction le taux s’élève à 5 % alors que chez les individus en général, il est de 3%. Les différences proviennent de la comptabilisation de l’âge, du sexe, des personnes issues de l’immigration, du statut socio-économique, et de la prise en compte d’un accès maniaque ou dépressif plus ou moins récent.

 » Fait intéressant, en corrélation avec les résultats antérieurs que nous avons observé dans la schizophrénie. Les bipolaires, aussi,  ne sont pas plus violents que les individus ne souffrant pas de pathologie psychiatrique, à condition qu’il  se souffre pas d’une toxicomanie « , explique le professeur Niklas Långström, chef de le Centre de prévention de la violence au Karolinska Institutet, et l’un des chercheurs à l’origine de l’étude.

Selon les chercheurs, les résultats confirment la nécessité d’initiatives visant à prévenir, identifier et traiter l’abus de substance, afin de  lutter contre la criminalité violente. En outre, le professeur Långström espère que les résultats de cette étude permettront de changer les mentalités qui assimilent  les malades psychiatriques à des criminels violents.

 » La peur injustifiée et la stigmatisation de la maladie augmente l’aliénation mentale des personnes atteintes de troubles psychiatriques et les rend moins enclins à rechercher les soins dont ils ont besoin «   commente le professeur Långström.

Meilleure sera l’information sur la bipolarité, meilleure sera la compréhension et l’acceptation de la maladie par le grand public. Car la peur de la  maladie psychiatrique provient avant tout de l’ignorance.

 Sources : Karolinska Institutet Suède

Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Les rythmes circadiens

Posté par association bipolaire provence le 12 juin 2011

Les rythmes circadiens (aussi appelés horloge biologique) dirigent les cycles réguliers de nos jours et nos nuits. Notre organisme oscille en permanence au cours de ces 24 heures. La température du corps, la concentration sanguine et la plupart des hormones varient. Il en est de même pour les capacités de mémorisation et de concentration.

L’ensemble des recherches récentes montre que la vigilance du cerveau (l’activation cérébrale qui permet de recevoir et de percevoir un nombre croissant d’informations du monde extérieur) augmente progressivement et lentement durant les heures qui suivent l’éveil.

Une étude présentée, en 2009, lors de la 8ème conférence internationale sur le trouble bipolaire de Pittsburgh suggère que des anomalies dans les gènes, qui contrôlent les rythmes circadiens,  contribuent au développement du trouble bipolaire.

lesrythmescircadiens.jpg

 

« Nous avons observé que des souris portant une mutation sur l’un des gènes principaux du rythme circadien, le gène Clock (1) avaient un profil comportemental étonnamment similaire à celui de personnes qui vivent un épisode maniaque du trouble bipolaire. De plus (…) le lithium ramenait leurs comportements au niveau normal  » a rapporté Le docteur Colleen A. McClung de l’Université du Texas qui a dirigée l’étude.

Cette étude a été menée parce que de nombreux bipolaires présentent des anomalies au niveau de leurs rythmes biologiques. La dépression et le trouble bipolaire ont été associés à des perturbations importantes du sommeil et de l’activité. Les changements d’horaires peuvent déclencher des épisodes. De plus, des variations sur plusieurs gènes circadiens sont liées au trouble bipolaire.

Les mutations du gène Clock amènent une augmentation de l’activité de la  dopamine (2)

« Nos résultats indiquent un rôle clair des gènes circadiens, et du gène Clock en particulier, dans le contrôle de l’humeur, de l’anxiété et des comportements liés à la récompense (par ex. l’abus de substance) » résume le Dr. McClung. Ils devraient conduire éventuellement au développement de médicaments mieux ciblés pour le traitement du trouble, considère-t-elle.

(1)  contrôle la périodicité des différents fonctions ou activités, tel que les changements métaboliques, des cycles du sommeil ou de la photo synthèse
(2)   
la dopamine joue le rôle modulateur final des sorties motrices et psychiques essentiels

 Sources Psychomédia avec Medscape

 

Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Bipolarité et justice suite…

Posté par association bipolaire provence le 9 juin 2011


Le 15 mars 2011,  l’article
: “Narbonne. Le voleur farfelu en prison pour 26 mois” de L’indépendant abordait le thème de la Bipolarité et justice.

Ce thème se représente à nouveau, le 9 juin 2011 sous la forme d’un article du Progrès : « Besançon : trois ans de prison pour le preneur d’otages de la BNP« 

bipolaritetjustice.jpg

 

 » Dans le cas exposé dans cet article, le tribunal a tenu compte des troubles bipolaires dont souffrait un braqueur de  banque.

En effet, le 27 mars 2009, un trentenaire prenait 5 personnes en otage en les menaçant d’un pistolet (inoffensif, ce que l’on n’a su que plus tard). Il réclamait 1 million d’euros et un hélicoptère pour s’enfuir. Il y eut alors des détonations dans la banque. Puis le braqueur relâcha des otages et tenta de sortir en menaçant le directeur qu’il maintenait de force. Après s’être installé au volant d’une voiture, il avait finit quelques mètres plus loin dans un muret.

Lors de l’audience du 5 mai dernier, le substitut du procureur avait réclamé 7 ans de prison à l’encontre du prévenu, bien que les expertises réalisées lors de l’instruction avaient établi qu’il souffrait de troubles bipolaires.

L’homme avait un suivi médical à l’époque mais avait interrompu ses soins et abusé d’alcool ce jour-là.

« Je voulais mourir, qu’on m’abatte comme un chien  » a expliqué devant les juges le prévenu. 

18 mois plus tard, après la reprise de son traitement, une détention provisoire puis le port d’un bracelet électronique, son état semble satisfaisant.

Le psychiatre a conclu à une  « altération de son discernement » et donc de sa responsabilité pénale.

Mais le substitut a surtout retenu la violence et la détermination de son acte, alors qu’il avait lui même décidé de se soustraire à son traitement, pour réclamer une peine de 7 années d’emprisonnement.

En ne réclamant qu’un euro symbolique de dommage et intérêts, ses victimes ont manifestement pris la mesure de la maladie mentale, plaidée par l’avocat de la défense qui demandait la clémence du tribunal.

Elle a finalement obtenu gain de cause.

Au terme de leur délibéré, les juges lui ont infligé une peine de 5 ans de prison dont deux avec sursis et mise à l’épreuve pendant 5 ans avec obligation de soins et de travail.

Toutes les parties civiles, banque inclue, ont obtenu un euro de dommage et intérêts.  »

Cet article illustre que, même en phase aigüe, le bipolaire reste responsable de ses actes. Surtout si il a de, lui-même, interrompu son traitement. Même si la pathologie n’exonère pas le bipolaire des actes qu’il commet, la justice tend à être un peu moins sévère dans ses décisions.

Sources : leprogres.fr

 

Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Bipolarité et bonheur

Posté par association bipolaire provence le 4 juin 2011

A la poursuite du bonheur… C’est l’un des souhaits les plus partagés.

Les auteurs d’une récente étude, publiée dans Perspectives on Psychological Science, ont  exploré les conséquences que peut avoir le bonheur. Les chercheurs l’affirment : ce dernier ne devrait pas être considéré comme universellement et fondamentalement bon.

La psychologie positive  (psychologie orientée vers le développement personnel et le changement social)   a créé certains outils permettant avec efficacité, d’estimer le degré de bonheur, voire de l’influencer. Elle a tiré ensuite de ses enseignements. Des méthodes permetteraient d’augmenter le ressenti « heureux » de chacun. Par exemple, elle propose de noter en fin de journée un ou des évènements quotidiens positif, de noter les pensées et ressentis physiques provoqués au moment où l’évènement s’est produit. Puis au moment où l’on en prend note.  Cela augmenterait notre sensation globale de bonheur. Là où les TCC se focalisent sur la maladie, la psychologie positive agit en amont et en aval. En prévention primaire, elle renforce chez les patients  ce qui va les rendre forts face à l’adversité. Et dans le suivi, elle les aide à ne pas rechuter.

bonheur.jpg Mais  cette  poursuite à être heureux peut se retourner contre soi. Les êtres qui recherchent le bonheur à tout prix et pour eux-mêmes, pourraient se sentir moins bien qu’aux prémices  de leur cherche.

Juin Gruber(1)  a fait une expérience significative. Les personnes qui regardent un film joyeux après avoir lu un article qui tente de décrire le bonheur, se sentent moins heureux après le film, que des personnes n’ayant pas lu de tels articles. Selon elle, l’explication se trouverait dans les attentes déçues. Quand une personne ne se sent pas aussi heureuse qu’elle l’avait prévu ou attendu, c’est finalement l’effet inverse qui se produit sur le sentiment global et diffus de bonheur.

En plus d’un effet pervers des attentes, on peut également remarquer que trop de bonheur semble nuire au bonheur. Des expérimentations ont  suggéré que les personnes qui ressentent de façon la plus extrême la sensation de bonheur et de bien-être général, semblent recéler moins de créativité, ou prennent de manière générale, plus de risques. Comme par exemple les bipolaires lors de phases maniaques. Les  patients ressentent alors de hauts degrés d’émotions positives accompagnant, et parfois entraînant, des comportements à risques, tels que l’abus de substances psychotropes, la consommation ou les dépenses excessives, la conduite à risque ou la recherche d’activités insouciantes. Mais même dans le cas de personnes non-bipolaires, de trop hauts degrés de bonheur peuvent avoir des conséquences néfastes. Comme si l’émotion un bonheur intense laissait une empreinte de cette intensité dans les souvenirs.

D’autre part, un ressenti heureux inapproprié peut faire apparaitre le bonheur comme source d’embarras. En effet, Il ne parait sain de se sentir heureux lors d’évènements fâcheux touchant nos proches, ou des inconnus. Par exemple, se sentir joyeux à la vue d’une personne pleurant un disparu, ou lorsque l’on apprend qu’un ami vient d’avoir un accident. Là encore, ce type de bonheur « inapproprié » se rencontre de manière flagrante dans certaines pathologies, dont les phases mixtes ou maniaques des accès  bipolaires. Il est moins flagrant mais peut aussi se retrouver chez des non-bipolaires.

Enfin, un bonheur systématique peut être le signe d’un déficit en émotions négatives (tristesse, culpabilité, honte). Ce qui paradoxalement, n’est pas aussi enviable que cela parait de prime abord. Les émotions négatives sont en effet des indicateurs utiles, pour les relations affectives tant que sociales : la culpabilité nous rappelle de nous comporter correctement envers d’autres personnes, la peur empêche de prendre des risques inutiles. Aussi, les émotions négatives font tout autant que les positives, partie d’une vie normale.

Les auteurs de cette étude rappellent que depuis plusieurs années déjà, la psychologie a découvert le moteur principal du bonheur. Le prédicteur le plus efficace et pertinent du sentiment d’être heureux, est  la capacité d’avoir et d’entretenir des relations sociales significatives et signifiantes. Ceci implique que la meilleure façon d’atteindre le bonheur, semble avant tout d’arrêter de se soucier de l’atteindre et de plutôt dépenser son énergie à nouer et améliorer les liens sociaux et affectifs, par exemple familiaux, amicaux et professionnels, qui représentent le véritable fond d’une vie heureuse, psychologiquement « équilibrée« .

(1) Gruber Juin est professeur adjoint de psychologie à Yale et est directeur de l’émotion positive Yale et psychopathologie (YPEP) Laboratoire. Elle a obtenu son doctorat à l’Université de Californie à Berkeley. Ses recherches actuelles portent sur les éventuels aspects dysfonctionnels des émotions positives et comment elle peut se rapporter à la santé mentale.

Sources :  psychoweb.fr

Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Formation des professionnels de santé à la psychoéducation des bipolaires

Posté par association bipolaire provence le 2 juin 2011

L’utilité de la psychoéducation est officiellement reconnue.

FondaMental campus, pôle de la Fondation Fondamental, lance auprès des professionnels de  santé une formation à la psychoéducation des patients atteints de troubles bipolaires.

Il s’agit d’un premier volet d’une série de programmes visant à promouvoir des thérapeutiques innovantes et à encourager  leur  adoption  en  soins  de  routine,  cette  formation  s’inscrit  dans  la  philosophie  de l’éducation thérapeutique.

La psychoéducation des troubles bipolaires ou de la schizophrénie fait partie des recommandations internationales de prise en charge mais reste encore marginale à l’heure actuelle en France, bien que cette thérapie innovante soit efficace et relativement peu coûteuse.

Plusieurs études scientifiques randomisées (double aveugle) et contrôlées ont démontré son efficacité : diminution du   taux   de   rechutes   dépressives   et   maniaques,   diminution   de   la   durée   des   hospitalisations   et meilleure adhérence au traitement médicamenteux…  

C’est pour encourager la diffusion de cette stratégie psychothérapeutique dans les soins courants que la fondation FondaMental a développé un programme de formation à la psychoéducation des patients bipolaires à l’attention des professionnels de santé.

Sources : http://www.fondation-fondamental.org

 

Avez-vous déjà suvi une programme de psychoéducation ?

Chargement ... Chargement ...

 

Publié dans 11 News | Pas de Commentaire »

Prévenir l’appariation de la bipolarité : bientôt une réalité ?!

Posté par association bipolaire provence le 16 mai 2011

Jusqu’à présent, il n’était pas envisageable de prévenir l’apparition d’un trouble bipolaire chez une personne.

Des études tendent à montrer que les enfants de bipolaires développeraient une hypersensibilité mesurable par une hormone : le cortisol.

Des chercheurs canadiens commencent à comprendre où intervenir pour empêcher cette hypersensibilité de se développer et donc de prévenir l’apparition de la maladie. Une vraie source espoir !

Voici un article paru récemment dansCanoe.ca(sources Université Concordia) qui nous éclaire sur ce sujet:

bb1.jpg

Les gens qui ont une mère ou un père qui souffre d’un trouble bipolaire devraient surveiller leurs niveaux de stress.

Une étude internationale, menée par l’Université Concordia à Montréal et publiée dans la revue Psychological Medecine, montre que pour répondre à des facteurs de stress de la vie de tous les jours, le niveau de cortisol monte plus vite chez des sujets qui ont des parents souffrant de troubles bipolaires.

Le cortisol est une hormone produite par le corps en réponse à une situation de stress.

Il s’agit de la première étude à faire ce lien.  « Les précédentes recherches ont montré que les enfants dont les parents souffraient de troubles bipolaires avaient quatre fois plus de chance de développer des troubles de l’humeur que ceux dont les parents n’avaient pas ces troubles, a expliqué l’un des auteurs de cette étude, Mark Ellenbogen. L’objectif de notre recherche était de déterminer comment cela se produit. »

M. Ellenbogen et ses collègues ont déjà montré que les niveaux de cortisol des enfants dont les parents ont des troubles bipolaires sont plus élevés que les autres. Les chercheurs ont ensuite mesuré ces niveaux de cortisol sur ces mêmes sujets à la fin de l’adolescence, ainsi que les niveaux de stress chronique et épisodique.

« Notre étude montre que les enfants à risque sont biologiquement plus sensibles à l’expérience du stress comparé aux autres, a expliqué M. Ellenbogen. Cette plus grande réactivité au stress pourrait expliquer pourquoi ces descendants finissent par développer des troubles et risquent de devenir malades plus tard. »

« Nous commençons à comprendre où nous pourrions intervenir pour empêcher cette hypersensibilité de se développer, a poursuivi M. Ellenbogen. Cette sensibilité croît durant l’enfance et nous pensons que nous pourrions apprendre aux parents et à leur descendance comment prendre le dessus sur le stress avant de se confronter à des facteurs de stress plus importants. Cette prévention pourrait avoir un impact significatif . »

Qu’en pensez-vous ?

Publié dans 11 News | 1 Commentaire »

1...2122232425
 

Copropriété Pascal - Doyen ... |
TEAM REMY JULIETTE |
Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LIONS CLUB EMBRUN VAL DE DU...
| Mission Tanzanie
| Boyardville , La Perrotine ...