• Lieu des réunions

    Pôle psychiatrique centre
    La Conception
    145 boulevard Baille
    13005 Marseille

  • Adresse e-mail :

    bipolaireprovence@gmail.com

  • Pages

  • Archives

Bipolarité : traitement et recherche pharmacologique

Posté par association bipolaire provence le 30 novembre 2017

 

I. Les traitements médicamenteux prescrits aux patients bipolaires visent : 

            – à assurer un traitement de fond pour réguler l’humeur,antipsychotiquelaprisedepoidsetlerisqueaccrudediabtemieuxcompris.jpg

            – à réduire les symptômes les plus aigus,

            – à prévenir la survenue de nouveaux épisodes.

Ils ne guérissent pas la maladie mais sont essentiels à la bonne santé des bipolaires.

Cette liste est non exhaustive. Elle est donnée à titre uniquement informative. Elle n’a pas pour but de conseiller une molécule plutôt qu’une autre.

Seul un médecin est habilité à prescrire le traitement approprié à son patient. Lire la suite

II. Une variation génétique fonctionnelle associée à la fois aux troubles bipolaires à début précoce et à la schizophrénie  

 

medicament3

 

 

Une équipe française (équipe de psychiatrie translationnelle de l’INSERM U955, à l’institut Mondor de recherches biomédicales de Créteil) a mis en évidence un variant génétique associé à la fois aux troubles bipolaires à début précoce et à la schizophrénie. Les résultats sont publiés dans « The Journal of Neuroscience ».Lire la suite

 

 

.

.

.

 

Sources : lequotidiendumedecin.fr

Publié dans 12 Conférences | Commentaires fermés

Trouble bipolaire : l’actigraphie pour prévenir les rechutes ?

Posté par association bipolaire provence le 30 septembre 2017

Selon des travaux menés par des chercheurs du réseau FondaMental, dépister certaines anomalies du sommeil chez les personnes souffrant de troubles bipolaires pourrait permettre de repérer un risque de rechute.

Il est démontré que les personnes souffrant de trouble bipolaire présentent des anomalies du sommeil et des rythmes veille/sommeil (ou circadiens). Ces anomalies existent lors des phases aigues de la maladie, avec la présentation classique d’une insomnie ou d’une hypersomnie au cours des épisodes dépressifs et une diminution du besoin de sommeil sans sensation de fatigue lors des épisodes maniaques. Mais ces perturbations peuvent apparaître ou persister également au cours des phases de stabilité de l’humeur.

Lire la suite

Sources : santementale.fr   –   fondation-fondamental.org

Publié dans 12 Conférences | Commentaires fermés

Le Centre experts des troubles bipolaires

Posté par association bipolaire provence le 22 juillet 2017

« L’innovation au sein des Centres Experts

Plateformes de soin et de recherche spécialisées par pathologies, les Centres Experts œuvrent au quotidien pour inventer la psychiatrie de demain.

Les consultations en Centres Experts FondaMental proposent aux patients un parcours de soin unique qui intègre une expertise médicale de pointe et la participation à la recherche.

 

Des équipes pluridisciplinaires au service des patients et des médecins

Les patients suivis en Centres Experts sont reçus par une équipe pluridisciplinaire. Une première consultation permet d’évaluer la demande du médecin traitant ainsi que les attentes du patient. Selon les cas, un bilan complet (somatique, psychiatrique et neuropsychologique) de sa pathologie lui sera proposé. Réalisé sur deux jours en hôpital de jour, ce bilan permet de définir un programme thérapeutique personnalisé (médicaments, psychothérapies, hygiène de vie) adressé au médecin traitant. Une consultation de suivi est proposée tous les six mois. »

 

… Lire la suite

Sources : fondation-fondamental.org

 

Publié dans 12 Conférences | Pas de Commentaire »

Aspects médico-légaux des troubles bipolaires

Posté par association bipolaire provence le 5 avril 2017

Quels sont les symptômes d'un malade bipolaire

J.-L. SENON Professeur des Universités, Praticien hospitalier, Chef de service
C. MANZANERA Praticien Hospitalier, Ancien CCA
N. PAPET Praticien Hospitalier, Ancien CCA

« La bipolarité, a toujours eu un rapport particulier avec le champ médicolégal. Nous savons bien que les troubles bipolaires exposent, tout comme les troubles psychotiques à des passages à l’actes médico-légaux, mais surtout à des troubles du comportement qui ont des incidences majeures pour l’entourage conjugal, familial, professionnel et social de la personne atteinte de troubles bipolaires. Nous aborderons donc successivement deux champs : bipolarité, vie civile, responsabilité et protection du patient bipolaire et puis celui des passages à l’acte médico-légaux du bipolaire…. » Lire la suite

 

Sources:encephale.com, docplayer.fr

Publié dans 12 Conférences | Pas de Commentaire »

Bipolarité et vieillissement

Posté par association bipolaire provence le 28 novembre 2016

Comment vieillissent les bipolaires ?

P. Vandel  : Professeur des Universités, praticien hospitalier
E. Haffen : Maître de conférences des Universités, praticien hospitalier
D. Sechter : Professeur des Universités, praticien hospitalier, chef de service
Service de psychiatrie de l’adulte, Centre hospitalo-universitaire Besançon

Bipolarité et vieillissement
 
 
« Si de nombreuses recherches ont été réalisées dans le domaine de la dépression du sujet âgé, la littérature s’intéresse peu aux troubles bipolaires liés au grand âge, et il apparaît difficile de les décrire tels qu’ils se développent au cours du vieillissement, et de produire un modèle évolutif spécifique. Il est pourtant admis aujourd’hui que la maladie bipolaire peut se manifester tout au long de la vie suivant des profils évolutifs très divers selon »… Lire la suite



Sources : La lettre du psychiatre – edimark.fr

Publié dans 12 Conférences | Pas de Commentaire »

La sexualité, le couple et les troubles de l’humeur – Mme Claudine Decaux Psychosexologue

Posté par association bipolaire provence le 2 novembre 2016

la sexualité le couple et les troubles de l humeur

« Bien que vivant dans une société moderne, où les hommes et les femmes paraissent de plus en plus égaux dans leurs rôles, dans leurs responsabilités et dans leur individualité, la tâche de « réussir » un couple dans sa continuité ne semble pas être plus aisée. En effet, malgré la vulgarisation des conseils psychologiques dont nous sommes abreuvés par les différents médias, il semble que les couples vivent toujours des difficultés de communication. Et si la possible complexité de vivre ensemble peut toucher tous les couples, la tâche est encore plus difficile lorsqu’un des partenaires souffre de troubles de l’humeur (trouble bipolaire ou dépression). Dans cette optique… »  Lire la suite

 

 
Mme Claudine Decaux
 Psychosexologue à Marseille
Sources : associationdessexologues.com

Publié dans 12 Conférences | Pas de Commentaire »

Bipolarité et gestion des émotions

Posté par association bipolaire provence le 26 décembre 2015

Le Docteur Nathalie Besnier
Psychiatre

Conférence du jeudi 10 décembre 2015

Bipolarité et gestion des émotions
Album : Bipolarité et gestion des émotions
Docteur Nathalie Besnier Physiatre Conférence du jeudi 10 décembre 2015
31 images
Voir l'album

 

Publié dans 12 Conférences | Pas de Commentaire »

Bipolarité et troubles alimentaires

Posté par association bipolaire provence le 17 mars 2015

 Par
Le Docteur Anne Chablis
Docteur en Mèdecine
Act thérapeute
réunion du jeudi 12 mars 2015

« La thérapie d’acceptation et d’engagement (Acceptance and Commitment Therapy, ACT), développée par le psychologue américain Steven C. Hayes et ses collègues, appartient au courant de la thérapie cognitive et comportementale. Plus précisément, elle figure parmi les thérapies récentes dites contextuelles, aussi appelées thérapies de troisième vague… » Lire la suite


Le Choix – Thérapie d’Acceptation et d’Engagement (ACT)

Image de prévisualisation YouTube

 

 Dare Change

Image de prévisualisation YouTube


Les mots qui nous emprisonnent

Image de prévisualisation YouTube

 

Sources : Psychomedia

Publié dans 12 Conférences | Pas de Commentaire »

Gérer au mieux son budget, emprunter, s’assurer, travailler lorsque l’on est atteint d’une pathologie psychiatrique

Posté par association bipolaire provence le 17 septembre 2014

Par
Madame Orsola Miglianelli
Conseillère en éducation budgétaire

réunion du jeudi 11 septembre 2014

Gérer au mieux son budget...
Album : Gérer au mieux son budget...
Réunion du 11/09/2014 Mme Osola Miglianelli Conseillère en éducation budgétaire
24 images
Voir l'album

Publié dans 12 Conférences | Pas de Commentaire »

Bipolarité et troubles alimentaires

Posté par association bipolaire provence le 14 mai 2014

Par
Le Docteur Anne Chablis
Mèdecin – Psychothérapeute
réunion du jeudi 10 avril 2014

Après un tour de table où chacun se présente, l’intervenant débute sa conférence.

Nous abordons le sujet de la thérapie ACT (Thérapie de l’Acceptation et d’Engagement) qui fait partie de la 3ème vague des TCC. La 1ère étant la thérapie comportementale et la 2ème, la thérapie cognitive.

Le principe de l’ACT est d’apprendre à poser des actes en accord avec ce qui nous semble essentiel (ce qui nous tient à cœur), des actions engagées qui vont faire que le comportement va changer.

Concernant les troubles alimentaires, il est important de noter que le problème est rarement d’ordre alimentaire. La prise alimentaire est une solution dysfonctionnelle à notre souffrance (une fausse solution pour tenter vainement de résoudre certains problèmes qui va entraîner d’autres difficultés). Comment fonctionner différemment ?

En pratiquant la pleine conscience, nous allons vivre pleinement l’instant présent, le ici et maintenant pour éviter que nos pensées, croyances et émotions orientent de façon excessive notre existence.

Le Dr Anne Chablis nous invite à faire un exercice de pleine conscience :

Prendre un point fixe en face de soi, mettre les pieds à plat, décoller le dos du dossier, décroiser les bras, les mettre sur les genoux en maintenant le dos droit. Se mettre en position d’observateur et en même temps être là, comme si une part de soi- même s’observait assis-là, ici et maintenant. Prendre conscience de la chaleur de ses mains sur ses cuisses, puis de l’appui de ses pieds sur le sol. Comme si nous étions une caméra à l’extérieur qui nous observait. Entendre les sons extérieurs, tourner la caméra à l’intérieur de soi, poser son attention sur le rythme de la respiration comme si c’était une vague avec l’inspiration et l’expiration. Se laisser porter par la respiration, juste observer comme un scientifique curieux qui observe le mouvement de va-et-vient de la respiration. Il n’y a rien à réussir, rien à obtenir, juste à être là. Canaliser son énergie dans le ici et maintenant et ressentir. Peut-être que des pensées arrivent, faire alors comme si c’était des pensées écrites sur des feuilles qui sont sur un cours d’eau et les laisser filer. Puis, revenir à la respiration, juste se poser, se donner ce temps. Rester ainsi quelques minutes, puis revenir dans la pièce tous ensemble, ici et maintenant.

 A l’heure actuelle, personne ne mange en pleine conscience. Nous sommes dans une société où nous mangeons avec notre tête, avec nos règles et nos principes. Que l’on souffre de troubles bipolaires ou non, nous avons beaucoup de mal à être conscients en mangeant. Or manger dans le ici et maintenant permet de quitter la tête et de revenir au ressenti et au moment présent.

L’intervenante nous fait passer un schéma de Pat Ogden, une thérapeute sensorimotrice, qui montre que les personnes qui ne souffrent pas de troubles bipolaires ont des variations d’humeur et que les personnes atteintes de troubles bipolaires ont des fluctuations d’humeur plus importantes. Le travail consiste à  apprendre à surfer sur nos émotions et à ne plus les contrôler mais à se laisser porter par elles afin d’élargir notre fenêtre de tolérance.

Le Dr Anne Chablis propose un nouvel exercice : Que faire avec la souffrance ?

Notre souffrance restreint notre champ de vision. Plus on lutte pour l’enlever, plus elle sera présente. Plus on s’échine à vouloir l’écarter, plus on y met d’énergie, moins on dispose d’énergie pour se consacrer à d’autres choses et à d’autres activités. La souffrance fait partie de notre vie et il convient d’apprendre à l’observer, à ne pas lutter contre elle et à l’accepter. En ce qui concerne les troubles alimentaires, plus on lutte, plus les troubles alimentaires s’accentuent.

On peut dire aussi que la vie est une pièce de théâtre et que les pensées sont des comédiens. Parfois c’est une dramaturgie et d’autres fois, un film comique. Imaginons que nous sommes des marionnettes. Et nous allons apprendre à devenir spectateur. Ainsi, les pensées que l’on juge trop envahissantes ou néfastes comme notre malaise par exemple vis-à-vis de notre poids ou de la maladie, on peut se dire qu’on les met en dehors de la scène ou se dire qu’ils font partie de soi, au lieu de se dire qu’ils ne doivent pas être là. On peut leur donner un rôle de figurant au lieu de leur attribuer un rôle principal. On choisit ce qui est vraiment important pour soi et ce qui nous tient vraiment à cœur. Après avoir été spectateur, il peut être aussi intéressant de devenir metteur en scène afin de choisir le scénario que l’on a envie de vivre. Toute l’énergie que l’on met à se battre contre la souffrance est autant d’énergie que l’on ne met pas dans sa vie, que l’on ne met pas pour faire ce qui est vraiment important à nos yeux. Il est donc essentiel d’apprendre à l’accepter en se positionnant comme observateur.

Quand la souffrance est trop forte, on fuit en mangeant. C’est une manière d’écarter cette souffrance. On appelle cela l’évitement expérientiel. Toute tentative pour éviter de souffrir ne fonctionne pas. La souffrance est inhérente à notre condition humaine. Il est recommandé d’apprendre à arrêter de se maltraiter, à être doux et compatissant avec soi, en particulier pour les troubles du comportement alimentaire. Notre système de pensée est souvent tyrannique. Et en utilisant la pleine conscience, on laisse passer les pensées négatives au bord de la rivière.

La souffrance apparaît lorsqu’il y a un décalage entre ce que l’on vit et ce que l’on aspire à vivre. Il y a 3 manières de réagir à cette souffrance :

     – lutter ;

     – fuir ;

      – et être sidéré, on se trouve alors dans un processus de survie.

Et il convient  davantage d’apprendre à être dans la vie. Il n’y a pas à avoir peur de regarder la souffrance et d’apprendre à la connaître.

Le Dr Anne Chablis nous donne un schéma qui est une matrice, une sorte de GPS pour savoir où la personne se situe.

 

bipolarité et troubles alimentaires

 

 

Ensuite elle prend l’exemple d’une personne en grande souffrance qui a pris beaucoup de poids depuis quelques années. Elle se sent découragée, pense qu’elle ne s’en sortira pas, a le sentiment d’être nulle. Elle a tellement honte qu’elle reste chez elle, ne fait rien. Quand elle est sur son canapé, elle n’arrive pas à se lever, elle n’a pas d’énergie, et mange trop. La souffrance s’alimente au fur et à mesure. Dans ce cas-là, il est important d’avoir beaucoup de compassion pour soi. Ces sentiments négatifs l’empêchent de s’occuper de ce qui est important pour elle (ses enfants par exemple). Une des solutions serait de partager des moments avec eux, d’aller se balader, c’est-à-dire de mettre en place des actions très importantes à ses yeux.

Le problème de comportement alimentaire est un problème de relation de soi à soi et de relation à l’autre. Il convient d’apprendre à devenir une personne importante pour soi. En posant des actions, on va alimenter sa confiance et son estime de soi.

Prendre soin de soi sur le plan alimentaire signifie également écouter ce que l’on ressent en soi et apprendre à trouver son rythme. Et plus généralement, c’est aussi avoir de l’affection et de la douceur, se connaître, prendre son temps, s’accorder du temps, apprendre à « se poser », donner du sens aux choses. Les valeurs, ce sont les verbes d’action, c’est une direction que l’on donne à sa vie. Il convient de se nourrir sainement avec des choses bonnes pour soi. Il n’y a pas à avoir peur de rechuter car toute rechute est inévitable, on est toujours dans un processus d’apprentissage, il est donc normal « de retomber ». Il est préférable d’accueillir ce qui vient. D’apprendre à s’accepter soi-même. L’auto-compassion et la bienveillance  sont des processus importants où l’on apprend à avoir de l’empathie vis-à-vis de soi et à s’accompagner dans la douleur. La bienveillance est de se souhaiter du bonheur.

Stéphanie

Publié dans 12 Conférences | Pas de Commentaire »

123
 

Copropriété Pascal - Doyen ... |
TEAM REMY JULIETTE |
Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LIONS CLUB EMBRUN VAL DE DU...
| Mission Tanzanie
| Boyardville , La Perrotine ...